TCC

La Thérapie Cognitive et Comportementale ( T.C.C ) est une thérapie mise en place par deux psychiatres américains dans les années 60 : Albert Ellis et Aaron Beck, et se fonde sur deux points : la cognition ( nos pensées ) et le comportement, c’est-à-dire la façon dont nous pouvons modifier nos comportements par nos pensées.

Cette thérapie ne traite pas de notre passé ni n’analyse les causes de ce trouble. Elle vise à établir de nouveaux comportements face à une situation donnée en analysant et en modifiant nos pensées et notre raisonnement.

Une personne atteinte de troubles obsessionnels compulsifs ne possède plus de raisonnement logique face à une situation donnée et génératrice d’obsessions. Elle devient incapable d’analyser cette situation et établit immédiatement un schéma de danger ou les alternatives positives sont exclues. Le traitement de l’information est donc perturbé.

Traitement de l’information

Le modèle cognitif se compose de trois parties : le schéma cognitif, les processus cognitifs et les environnements cognitifs.

Le schéma cognitif représente nos expériences accumulées et qui nous permettent de réagir rapidement face à une situation qui se répète. Ce schéma se situe dans la mémoire à long terme. En conséquence chaque personne percevra une situation donnée en fonction de ses attentes, de ses expériences vécues. Ce schéma traite immédiatement et automatiquement l’information perçue, de façon inconsciente pour le sujet.

Les évènements cognitifs se traduisent par un monologue intérieur ou des images mentales.

Entre ce deux structures, et faisant le lien, il y a les processus cognitifs qui vont analyser la situation et la transformer, la filtrer, avec de multiples distorsions. Selon Beck ces distorsions consistent en :

* L’inférence arbitraire : consiste à tirer des onclusions sans preuves, sans tenir compte des faits
* L’abstraction sélective : consiste à se centrer sur un détail et perdre de vue l’ensemble
* La surgénéralisation : extraction d’une règle à-partir d’un évènement puis application à des évènements qui ne sont pas semblables.
* L’amplification : consiste à exagérer les implications d’une situation ou d’un comportement.
* La maximalisation ou la minimalisation : consiste à attribuer une plus grande valeur aux échecs ou évènements négatifs et à dévaloriser les réussites et lessituations heureuses.
* La personnalisation : consiste à surestimer les relations entre les évènements défavorables et l’individu.

( source : http://www.psybernetique.com/Introduction/Approche%20cog.htm )

Une personne atteinte de TOCs aura donc tendance à surestimer la probabilité de survenue d’une catastophe, en occultant toute autre probabilité.

Il est donc nécessaire de rétablir les processus cognitifs.

Déroulement d’une séance

La première phase, avant de se confronter à une situation anxiogène, consiste à analyser et à imaginer une exposition à une situation, en étudiant nos réactions probables et les alternatives possibles.

Quand vous vous sentez prêts ( et seulement à e moment ) vous pouve commencer à vous confronter aux situations qui vous obsèdent.

D’où l’utilité d’établir au préalable une échelle graduée de ces situations de façon à ne commencer à travailler que sur les sitiations faciles tout d’abord.

La T.C.C repose sur trois principes. L’exposition répétée à une situation anxiogène entraîne :

* une diminution progressive de l’amplitude de l’angoisse
* une diminution de la durée de cette angoisse
* une chute plus rapide de celle-ci

Ainsi au-bout de quelques expsitions réussies, vous serez capables d’affronter certaines situations sans provoquer une angoisse handicapante.

On considère généralement une exposition comme réussie lorsque l’angoisse occasionnée chute de plus de 50% de son amplitude.

Pour réussir une exposition programmée, voisi quelques clefs :

* tracer la courbe du stress en fonction du temps et reporter dessus les points correspondant à votre angoisse à un instant donné
* vous pouvez écrire sur deux colonnes les obsessions que vous ressentez et les alternatives possibles ( pour ou contre, oui mais…, oui non, … ). Il s’agit de faire un argumentaire des éléments qui vont dans le sens ou à l’encontre de vos obsessions.
* Faites une relaxation
* Relisez votre argumentaire pour mieux vous convaincre

Dans les premiers temps, ne faites ces expositions qu’accompagné ( médecin ou infirmière spécialisée dans les T.C.C ), de façon à prévenir toute panique et à écouter leurs conseils et leurs arguments.

Exemple d’une exposition à une tâche sur un livre :

Obsession : j’ai peur que cette tâche ne soit du sang ou porteuse de germes. Je pourrais donc être contaminé et contaminer les autres ensuite.

Pour Contre

* Cette tâche est rosée et ressemble à du sang

* quelqu’un a pu être blessé et laisser cette tâche de sang sur ce livre

* Beaucoup de personnes l’ont déjà touchées.

* Si les maladies étaient si contagieuses, tout le monde serait atteint

* Les virus sont détruits en général au bout de quelques secondes lorsqu’ils sont à l’extérieur.. Il n’y a donc plus aucun danger.

* Comment aurais-je réagit avant d’être atteint de TOCs face à cette situation? Je n’y aurais pas prêté attention et cela ne m’aurait pas inquiété. Pourquoi cela serait -il différent aujourd’hui

* Une tâche rouge n’est pas forcément du sang. Cela peut être du stylo, de la confiture, …

* La probabilité que cela soit nocif est extrêmement faible!!

* Je ne risques rien!

Progressivement vous vous rendrez compte que vous êtes de nouveau capable de mettre en place de façon automatique un raisonnement logique face à une situation donnée. Même si vous ne croyez au début qu’à hauteur de 10-20% à votre raisonnement, cela augmentera petit à petit de façon à modifier votre manière de penser et de réagir à vos obsessions.