Le(s) confident(s)

Souvent les proches d’une personne atteinte de TOCs soulignent le fait qu’ils n’ont rien vu venir, qu’ils ne savaient pas que cettte personne avaient des TOCs et en souffrait.

C’est qu’en fait cette pathologie touchant le domaine du mental est encore perçue par les patients comme une maladie « honteuse », qu’il faut cacher à tout prix, quitte à la masquer par une joie de vivre feinte. Nous sommes assez forts dans ce domaine : cacher sa souffrance afin d’être considérés comme « normaux ». S’il est compréhensif de ne pas pouvoir le dire à tout-le-monde, il est tout de même nécessaire de faire un pas vers les autres et de se confier à quelques personnes compréhensives ( en général les parents, frères et soeurs, amis proches ), en plus de votre thérapeute. Le choix du confident n’est pas anodin : cette personne doit être compréhensive, patiente, et ayant du temps à vous consacrer.

Lorsque vous aurez décidé de vous confier, détaillez-lui vos troubles, vos angoisses, les signes d’une obsession ( tremblement, hésitation, inattention ), et la manière dont elle va pouvoir vous aider.

Conseillez-lui de lire des livres sur les Troubles Obsessionnels Compulsifs ( voir les liens sur ce site ) afin qu’elle en discerne toutes les facettes. Vous pouvez également lui demander de venir (avec ou sans vous) parler avec votre thérapeute pour qu’il lui donne des conseils.

A-partir de ce moment il est très important de ne rien lui cacher. Même si elle s’est bien documentée, elle peut parfois faire des gestes qui vont vous provoquer une obsession. Expliquez-lui alors votre angoisse et travaillez ensemble dessus. N’essayez pas de cacher vos angoisses, sous prétexte de ne pas vouloir la déranger ou de peur de dévoiler une rechute de vos troubles après quelques progrès. Il est très important de savoir faire confiance aux autres. Ils ne vont pas vous critiquer ni vous juger.

Faites attention à ne pas entraîner ce confident dans votre jeu. Evitez de lui demander de ritualiser à votre place ( sauf en cas de forte angoisse ). D’une part cela ne vous aidera pas à progresser, et d’autre part cela pourrait vous amener à perdre une partie de votre confiance en lui, si vous pensez qu’il n’a pas fait correctement votre rituel.

Exprimez-lui vos angoisses, vos doutes, dès qu’ils viennent, et demandez-lui ce qu’il ferait à votre place, comment il argumenterait cette situation.

Le soir, vous pouvez ensemble faire un récapitulatif de votre journée : vos obsessions, vos rituels, vos expositions réussies ou non. De cette manière vous lui ferez partager vos progrès ou vos rechutes.

0 Comments

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags: <a href=""> <b> <blockquote> <code> <em> <i> <strike> <strong>